Aventure / voyage, humour, Poèmes amoureux, Récits d'amour, Romans, Tous les textes, Vie de couple

J’accepte ton baiser et ceux qui suivront

Mi-souvenir, mi-imagination, ses doigts ressentaient la chaleur des courbes. Il revoyait les jeux de la lumière sur les peaux blanches ou dorées. Jean-Marie laissa un sourire se dessiner sur l’écran vide de ses pensées. C’était, bien sûr, un sourire féminin, charmeur, à la fois doux et tendre. Au-dessus de ce sourire, il imagina deux grands et beaux yeux, compréhensifs, aimants.
Cet amateur de belles femmes poussa un grand soupir. Il appréciait sa liberté toute neuve, il était heureux d’être à nouveau seul, mais il en souffrait. Il se rendait bien compte qu’il lui manquait une compagnie. Il voulait partager, partager ses joies, ses peines, ses efforts, ses succès.
Il se rappelait avoir rencontré des femmes, des jeunes et des moins jeunes, des belles et des moins belles… Dans ses souvenirs, elles étaient toutes belles. Du moins, tant qu’il y avait eu de l’amour entre eux, ou tout au moins du désir…

Une femme lui avait beaucoup plu ; elle était sincère, mignonne et intelligente. Ils avaient échangé leurs numéros de téléphone et leurs adresses, surpris de constater qu’ils étaient presque voisins. Ils pourraient se voir facilement, quand ils le désiraient.
De retour chez lui, il avait rédigé une jolie lettre, terminant à la Prévert : « Si tu permets, je t’envoie un baiser, tel un oiseau léger. Si tu le refuses, ferme simplement la cage. »
Quelques jours après, il avait reçu une enveloppe aux teintes pastel, au doux parfum fleuri et épicé. Elle lui avait répondu : « J’accepte le baiser que tu m’as envoyé ainsi que tous ceux qui suivront à condition que la douceur les guide toujours. »

eBook et papier sur amazon

Publicités
Aventure / voyage, Frissons, humour, Poèmes amoureux, Récits d'amour, Romans, Tous les textes, Vie de couple

Amour virtuel, danger réel

Avant l’an 2000, pendant les vacances, la brune Annie dit à Jean-Marie : “ Au 15 août, j’aurai quitté la maison
Après six ans de vue commune, Jean-Marie redécouvre le célibat. En mal d’amour, il retrouve Jocelyne, une ancienne connaissance devenue collègue de bureau. Après une brève rencontre dans les couloirs, leur relation débute par des échanges de messages électroniques. Messages accompagnés de poèmes, de déclarations, de promesses… Et la relation commencée se prolonge, se transforme…
C’est presque une histoire d’amour, brève, à peine érotique.
Mais, Jocelyne est mariée, cette relation est une impasse.
Alors, Jean-Marie tente de trouver la nouvelle femme de sa vie. Il essaye les annonces matrimoniales et voilà Évelyne qui appelle. Suivie d’une blonde Annie dont il tombe éperdument amoureux.
Une nouvelle effroyable fait tout basculer. Comment entamer une relation avec Annie qu’il vient juste de rencontrer sans savoir ? Sans lui dire ? Sans annoncer la vérité ? Le risque ? La peur ?
Rempli de poèmes et de coups de cœur, le roman de Robert Christian SCHMITTE jette un regard lucide sur des histoires d’amour qui se suivent et qui, même terminées, peuvent laisser des marques et déclencher des drames.

eBook ou papier sur Amazon